Friday, November 2, 2012

Le goût du vrai

Une fois, il y a quelques années, j’ai eu une girl friend qui, peu de temps après notre séparation, a créé une entreprise qui ne vendait que des produits de qualité génuine européens. Et elle expliquait dans sa page commerciale de l’internet qu’il fallait luter contre la prolifération de chinoiseries de mauvaise qualité et de mauvais goût qui avait envahi notre existence sophistiquée. Elle faisait preuve là d' ambitions aristocratiques respectables et que je respectais et d'une dévotion louable vis à vis des produits faits à la main par des artisans – des artisans qui en fait à ses yeux étaient de vrais artistes et qui laissaient un peu de leur âme dans les produits qu’ils mettaient sur le marché.

Elle s’est aussi mariée peu de temps âpres avec son associé dans les affaires et je dois croire que là encore elle a su agir avec le même goût du vrai et la même soif de pureté.

J’ai pensé à elle récemment par contraste et me sentant un peu coupable: je venais d’acheter une demi douzaine de stylos plume « made in China » pour environ trente dollars tous les six. Je n’avais pas pu résister à la tentation de devenir propriétaire de six stylos neufs, si beaux et de différentes marques, pour si peu d’argent. D’ailleurs elle m’avait offert quand on était encore ensemble un faux Montblanc qu’elle avait acheté à Chinatown à New York et dont je me servais parfois en me souvenant de l’époque de nos amours qui n'allaient pas durer. Bien sûr, je ne pouvais pas comparer le faux Montblanc à mon magnifique et vrai stylo Delta "made in Italy", mais cela mis de côté il me satisfaisait assez.


(Joseph Edward Soice dans ses cahiers secrets)

No comments: