Thursday, March 14, 2013

Ce qui est profond


Tout ce que tu as dit
sera mal interprété.

L’amour n’a-t-il
toujours, oiseau
écervelé, finit par
s’écraser contre les
vitres de la fenêtre ?

Tu ne traverseras
jamais les murs,
détrompe-toi.

Et les paroles
n’étaient-elles pas
plus vraies lorsque,
en sortant de ta bouche,
elles semblaient en
désaccord avec tes
sentiments les plus
profonds ? Ce qui
est profond on
n’a pas le pouvoir
de l’atteindre. Ce
qui est clair nous
éblouit et, aveuglés,
nous ne voyons pas.

Ce qui est hors de la
portée de notre désir
on ne devrait pas lui
permettre d’assombrir
nos nuits, de rendre
nos matins si peu
remplis de joie.

Faute de pouvoir
posséder et de
comprendre et de
savoir aimer, nous
parlons. Les paroles
prennent la place de
ce qui jamais ne pourra
être dit ; et elles changent
peut-être notre destin. Mais

c’est quoi le destin ? Nous
marchons sur une corde
au bord d’un précipice.
Nous ne quittons pas du
regard l’objet de la passion.
Parfois nous nous mettons
à courir, oubliés de la
fragilité du chemin. Nos
pieds peuvent trébucher

mais nous  ne voulons rien
entendre. De toute façon
nous n’arriverons jamais
nulle part , l’illusion du
mouvement nous trompe
et nous laisse parfois
entrevoir la proximité de
ce qui toujours restera

lointain. Nous marchons
sur place, ivres de notre
propre mouvement.



No comments: